La verticalité de l'être humain

Publié le par lunemalo

Dans le salon que le crépuscule gagne peu à peu, un cri de pur bonheur, suraigu, couvre une seconde le brouhaha incessant du match. Les poings étroitement serrés, totalement concentrée, elle avance lentement, avec application. Sur son visage, ni sourire, ni appréhension, mais une détermination absolue. Insouciants de ce qui se joue à l'écran nous la regardons tous, suspendus nous aussi à cet élan fragile, confusément conscients d'être en train de vivre ce qui est - déjà - un souvenir collectif. Pour cette représentation unique, elle nous aura fait ce merveilleux cadeau d'attendre que nous soyons tous réunis.

Nous sommes le mardi 4 juillet, il est bientôt 21h30, et la Princesse vient de faire ses premiers pas.

 Accessoirement, c'est l'Italie qui a remporté la demi-finale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Mémoire

Commenter cet article

mademoiselleC 15/10/2007 19:14

ce texte est magnifique, c'est un plaisir de vous lire!

lunemalo 16/10/2007 14:08

Merci à vous de cette gentillesse...