Confiture « Petit soleil »

Publié le par lunemalo

  À la maison, je suis la seule à manger des mirabelles. J’en avais acheté il y a une quinzaine de jours, autant pour le goût – que je prévoyais magnifique à la plénitude des petites sphères exilées au bas bout de l’étal – que pour le pur plaisir de l’œil : la peau des fruits était superbe, jaune-orangé, avec des piquetures d’un rouge de vigne vierge semées çà et là, comme en surimpression. Quelques jours ont passé, et les mirabelles demeurant finalement intouchées, j’ai décidé de les transformer en confiture…
 
Il faut préciser, d’abord, que des confitures je n’en avais jamais fait. Celles qui ornent mes étagères – toutes maison – ont certes été préparées par des mains amies, mais malgré un goût prononcé pour la cuisine et la préparation de douceurs, je ne m’étais encore jamais frottée seule à la confection de ces petits pots de rêve.
 
Je dis seule, car j’ai des souvenirs chauds et odorants d’abricots mijotant longuement, leur chair se défaisant peu à peu dans la marmite animée de bouillottements – jalousement surveil-lée par ma mère – et couverte d’une écume orangée, brillante, qu’elle prélevait avec une délicatesse appliquée. Puis, plus avant dans l’étrange alchimie du sucre et du fruit, elle faisait couler du bout de la cuiller en bois un sillon de sirop déjà épais et me tendait la soucoupe en me demandant, l’air faussement soucieux, de goûter pour voir si la confiture était prête. Je n’avais pas dix ans, alors, je le sais car je m’acquittais de cette tâche déterminante avec un sérieux qui aurait fait sourire une enfant plus grande… Le goût de cette confiture est resté imprimé sur ma langue, et depuis lors jamais je n’ai pu manger d’autre confiture d’abricots que préparée « à la maison ».
 
Pour en revenir à mes mirabelles, j’ai donc procédé sans recette, me basant simplement sur mes souvenirs de lecture (poids de fruits et poids de sucre). Après avoir dénoyauté les mirabelles (sans séparer totalement les deux moitiés), je les ai fait macérer une nuit dans du sucre roux. Au matin, j’ai mis la casserole (pas en cuivre, je n’en possède pas, mais émaillée) sur feu moyen jusqu’à ce que de petites bulles crèvent à la surface. J’ai alors baissé le feu, écumé et laissé cuire tranquillement, en remuant de temps à autre. Au bout de 20 minutes, la confiture me paraissant quasi-faite, j’ai versé en pluie une poignée de pignons et laissé cuire encore 5 minutes pour les attendrir. Enfin, j’ai ajouté un soupçon d’agar-agar dilué dans un peu d’eau, et attendu 5 minutes encore avant d’arrêter la cuisson.
 
Il se dégageait de la casserole une buée odorante et sucrée qui emplissait la maison d’une senteur merveilleuse… mais je voulais souligner le goût de ma confiture avec une saveur que j’aime particulièrement : celle de la bergamote. (A posteriori, je réalise que le choix était assez logique, tant les mirabelles que la bergamote étant attachées à la Lorraine !) Je dois rendre hommage, une fois de plus, à Valérie Cupillard sans qui je n’aurais peut-être pas osé… J’ai donc compté quelques gouttes d’huile essentielle dans la confiture encore chaude et remué vivement. Arôme indescriptible !
 
Ensuite, vite vite, j’ai rempli et fermé les pots ébouillantés et les ai laissés retournés jusqu’à complet refroidissement.
 
Le petit pot prévu pour dégustation-critique n’a pas duré plus qu’un déjeuner de soleil… et il en avait la merveilleuse couleur.
 
 
Verdict : l’agar-agar permet d’obtenir une confiture de bonne tenue (sans être dure), les tendres pignons font un contrepoint magique au moelleux des fruits et la bergamote souligne étonnamment bien le sucré de la mirabelle.
 
 
D’une simplicité extrême, cette préparation est également rapide (le dénoyautage étant la partie la plus fastidieuse), et le plaisir de la faire n’a d’égal que celui de ranger soigneusement les petits pots à l’abri de la lumière, concentré de soleil pour les jours d’hiver où il manque cruellement ! 
 
 
 
Images :
Planche botanique tirée de ce site
Photo Lune d'hiver
 

Publié dans Papilles

Commenter cet article

michele 13/08/2007 22:37

J'ai pensé à toi ce soir car la confiture de mirabelles est en pots.Je l'ai juste relevée avec le zeste d'un citron en pensant à ton association avec la bergamote.As-tu fait tes tartes aux quetches?

michele 02/10/2006 16:16

C'est magnifique et mon époux adore les mirabelles mais moi qui confectionne des confitures avec tout ce qui me tombe sous la main, j'ai du mal avec les mirabelles alors que les autres prunes dont les quetches m'attirent.Trop tard pour cette année mais je promets que l'an prochain, en voyant les mirabelles s'étioler dans le compotier, je penserai à toi...Michèle

lunemalo 02/10/2006 16:36

A nous deux, on a fait le tour, alors ! Je regrette les questches cette année, j'ai des souvenirs de tartes merveilleuses, juste poudrées de sucre craquant et dévorées tièdes...  et j'en ai été privée cette année pour cause d'électricien qui joue l'Arlésienne ! Donc, l'année prochaine tu fais des confitures de mirabelles, moi des tartes aux quetsches, et on échange nos impressions ;o))

Pescalune 28/09/2006 23:03

Moi j'ai déjà "osé" car vraiment .... je me sens bien chez toi :o)

lunemalo 29/09/2006 08:53

Ca c'est vraiment un joli compliment, parfait pour commencer la journée ;o))
Tout ça c'est des histoires de lune, finalement !!

Pescalune 28/09/2006 20:41

Je suis ravie de d'avoir enfin le temps de découvrir ton blog bien sympathique ;o)Tu verra ... si ça fait comme avec moi (j'ai commencée cette année aussi !)... une fois que t'y a pris goût tu ne peux plus t'arrêter d'en faire des confitures !!!! C'est trop bien de pouvoir dire ..... "c'est moâ qui l'ai faite !!!!"  lol

lunemalo 28/09/2006 22:46

C'est vraiment gentil à toi, je suis toute confuse lol
Je vais en profiter pour oser mettre le tien, que je lis fidèlement, dans mes liens...

Pescalune 28/09/2006 19:51

Mmmmh que ça a l'air bon tout ça !!!!C'est délicieux la confiture de mirabelles et à ta façon ça doit être à tomber ......... lol

lunemalo 28/09/2006 20:30

Hello Pescalune, ravie de t'accueillir ! Je suis contente comme une gamine avec mes pots, et du coup j'ai très envie de poursuivre les expériences...