Jade, disque bi et petits noeuds

Publié le par lunemalo

Lorsque nous nous sommes mariés, mon mari m'a tendu un tout petit paquet, plat, carré, à la fois souple et résistant. Une petite enveloppe de carton gris cernée d'un lien, renfermant LE bracelet que je voulais : un D... V... Loin de tout snobisme plus ou moins bien assumé, j'avais remarqué ce petit bijou qui me correspondait tellement, un lien tout fin, simplement orné d'un disque bi d'argent (chez D.V ils l'appellent pi, variante généralement admise par les spécialistes de la Chine), qui me murmurait des choses tendres... J'avais en effet contracté l'habitude, des années auparavant, de nouer autour de mon poignet des liens de rien de tout, pour la couleur, la matière, un événement, des bracelets de fortune que j'investissais d'une charge symbolique parfois forte, et qui finissaient par me quitter d'usure... Là, j'avais tout, la sobriété du lien quasi invisible, l'argent (je n'aime pas l'or jaune) et ce symbole asiatique cher à mon coeur.

 

Me voilà donc parée de ce petit bijou et vaquant jour après jour, sans jamais le quitter. Ce qui devait arriver finit, bien sûr, par arriver... le lien s'usa à l'extrême et menaça de rompre. Je dus alors me résoudre à le faire remplacer. Son créateur faisant bien les choses, les dépositaires suivent une formation pour refaire - à la mesure de votre poignet - le bracelet, dont vous pouvez alors changer la couleur (le mien était gris à l'origine). Toute chose a son prix... et s'il m'en souvient bien, le lien de remplacement et la « main-d'oeuvre » m'ont coûté à l'époque quelque chose comme une vingtaine d'euros. Pleine de bon sens, dans ce magasin pourtant chicissime-rive gau-che (Paris, Saint-Germain, Zola, devinez !), la vendeuse m'a d'ailleurs soufflé, pour les prochaines fois, de monter au troisième étage acheter un lien de coton ciré et de le lui amener afin qu'elle « officie » à moindre frais.

 

 

 

 

Je ne me pas suis contentée de suivre ce judicieux conseil, j'ai également décidé de découvrir comment diable je pourrais refaire ce fameux noeud coulissant (qui avait l'air, le jeu de mot est mauvais, de lui donner du fil à retordre !). Direction la librairie donc (outre une bonne dose de rêve plus ou moins formaté, on trouve tout, dans ce magasin, je l'adore...), rayon marine : bingo ! Hop, quelques escalators plus tard, me voici à la Droguerie, où je fais main basse sur quelques centimètres de cordonnets colorés.

 

 

 

 

 

 

Restait la pratique... De retour à la maison, nous avons patiemment étudié les tours et détours du fil pour obtenir ce fameux noeud (j'en ai oublié le nom, et le livre est dans les cartons pas encore déballés). Moins facile pour moi qui suis gauchère (mais quand on vit dans un monde de droitiers, nécessité fait un peu loi, voyez-vous) et après une dizaine d'essais plus ou moins concluants, nous avons enfin réussi à refaire à l'identique le noeud d'origine.

 

 

 

 

Depuis, j'ai eu moult occasions de pratiquer, pour moi bien sûr, car je porte mon bracelet en permanence et les douches répétées l'usent en quelques semaines. Pour mon mari ensuite, à qui j'ai fabriqué un bracelet similaire au mien, également orné d'un disque bi traditionnel, c'est-à-dire en jade. Mes fils ont poliment décliné ma proposition (pfeuh !) et c'est ma fille, la pauvrette, qui a essuyé la dernière vague de tortillage sauvage. Elle porte ainsi depuis sa naissance un petit bracelet orné d'une fine plaque de jade, dont j'ai conservé le fil historique.

Ce grand blabla avait tout de même un autre but que de raconter ma vie d'apprentie-noueuse. Quand je vois les innombrables bracelets que l'on trouve maintenant sur ce modèle, je me dis bêtement que ça pourrait intéresser quelque promeneur(se) égaré(e) .

 

D'abord, quelques photos pour se motiver (de haut en bas : un bouton de nacre à l'envers, MON disque bi et une plaque de nacre) :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Puis la pratique, en images et légendes (désolée pour la « qualité » assez déplorable des graphiques, mais je ne suis pas exactement une...experte ). Les légendes sont difficiles à lire, donc je les recopie sous chaque graphique :

1. Passer le fil dans l'orifice.

2. Former une boucle en ramenant le brin libre vers la droite, puis le remonter et le faire passer sur le brin "horizontal".

3. Ca se complique... Passer le fil deux fois derrière les deux brins "horizontaux" de manière à former deux boucles, et ramener le fil libre en bas.

4. C'est le geste le plus difficile : prendre le brin (en bleu), le remonter par devant et le passer dans les boucles qu'on vient de former. Procéder lentement pour ne pas "écraser" les boucles.

Le brin doit ensuite passer derrière l'ensemble et être glissé dans la boucle initiale. En le faisant, c'est plus simple...

 

 

 

 

Absolument impossible de reproduire le dernier geste de façon compréhensible, donc explication  : tout est en place pour former le noeud, il faut maintenant tirer délicatement sur les deux brins libres (à gauche, celui du début et celui que l'on vient de passer dans la première boucle) tout en maintenant l'anneau. On doit obtenir une espèce de triple noeud "coulant", qui permet d'ajuster la longueur du bracelet. 

Une fois le premier noeud fait, passer le brin libre dans l'anneau et... recommencer en essayant de calculer la longueur nécessaire avant. On ne réussit pas du premier coup, mais on attrape vite le coup d'oeil. 

Deux conseils et une astuce :

 Pour les premiers essais, ne pas serrer le noeud trop fermement, car il y a de grandes chances qu'il faille le défaire pour ajuster la longueur du bracelet, or le fil ciré « marque » facilement.

 Si le bracelet ne doit pas être porté en permanence (donc, pas de douche en vue), on peut choisir du cuir fin, voire du fil à scoubidou (c'est plus sportif et le résultat est plus « gadget », mais ça peut être amusant).   

 Le choix de l'ornement est vaste : du moment qu'il comporte un trou suffisamment grand pour y passer le fil deux fois (ou deux trous, évidemment), tout va bien. Les boutiques de loisirs créatifs, les marchands de perles, les merceries (boutons de nacre ou de corne...), le rayon bricolage, pourquoi pas, sont des lieux à explorer sans a priori !!

Et lorsqu'on a bien usé ses petits doigts, jeté trois fois le fil et l'anneau en jurant comme un charretier, avant, ô miracle, de faire son premier noeud (mais sûrement pas le dernier), un peu de lecture pour rêver : 

 

 

A la découverte d'un symbole ancestral 

Autres symboles magnifiques, les pierres de rêve

Encore les disques bi

Le jade, pierre mythique

 

 

 

 

Et puisque, quel que soit le chemin, j'y reviens immanquablement, un peu de littérature et d'aventures avec la Trilogie du disque de jade, de José Frèches. La langue n'est pas toujours convaincante (quelques facilités d'écriture un peu répétitives), mais l'histoire est prenante pour qui s'intéresse tant soit peu à l'histoire de la Chine ancienne. 

 

 

 

Publié dans Petits bricolages

Commenter cet article

Claire 06/03/2007 03:24

P.S: je voulais dire LA recette et non MA recette bien sûr! Désolée!!!

lunemalo 16/03/2007 15:13

J'avoue que j'ai eu un instant d'angoisse ;-)) Aurais-je encouru les foudres de quelque noueuse ? Donc, je suis rassurée, et j'espère que vous serez bientôt experte en jolis bracelets.

Claire 06/03/2007 03:22

Bonjour,
Merci pour ma "recette" du bracelet pi!
Et bonne journée à vous.

hawa 09/02/2007 00:30

merci beaucoup pour ces precieux conseil je voulais realisé un cadeaux original ... grace a vous cest fait

lunemalo 16/03/2007 15:12

Je suis ravie si mes explications un peu...laborieuses vous ont permis de faire des petits noeuds ;-))

Catherine 22/10/2006 11:07

Coucou Lune d'hiver, je découvre ton blog, j'aime beaucoup tes sujets. Je vais y revenir souvent,. Oh là là, un de plus... je n'aurais bientôt plus le temps de dormir tellement il y a de choses intéressantes à voir...

lunemalo 23/10/2006 11:05

Hello Catherine, et merci pour ce gentil message ! J'ai tardé à te répondre, car impossible de voir ton commentaire (bug, encore ?). Pour le sommeil, je grignote moi aussi... Au plaisir de te retrouver au fil des pages ;o))

Beautymist 18/10/2006 19:48

Bonjour Lune d'hiver,je viens de découvrir ton blog et c'est le premier article que je lis et clic ! ça fait un bien joli clic !J'aime ton sujet, ton écriture, je me retrouve tout à fait dans ta facination pour ces disques bi... Et j'apprécie que tu finisses ton billet par une recommandation de lecture.Je m'en vais explorer tes liens - je m'interroge sur le symbolisme chinois de ces disques, repris dans le superbe minimalisme de DV.bises,BM

lunemalo 19/10/2006 09:22

Bonjour Beautymist, heureuse de te voir ici, et de t'avoir intéressée. Si je savais dessiner aussi bien que toi, j'aurais illustré mon article d'une esquisse de disque à l'encre de Chine, mais je pense que tu l'imagines très bien... Belle journée à toi.