Cire d'abeilles et travaux forcés

Publié le par lunemalo

J’ai une légère tendance à l’obsession...
 
…Le sujet (moi en l’occurrence, NDR) est de nature compulsive, avec tendance marquée à l’accumulation, mais ne présente pas de danger pour lui-même ni pour son entourage...
 
Bref, quand j’aime, j’achète, je rachète, j’entasse, j’accumule (déjà dit), j’amasse, je thésaurise avec délices...
 
Quand j’ai ouï parler de cosmétiques maison et découvert au fil de lectures passionnantes (pour le sujet d’aujourd’hui, butiner ici et chez ma chère PPP) de quel bois, ou plutôt composants, ils se faisaient, il ne m’a guère fallu de temps pour me constituer un petit trésor de trucs à chaudron. J’ai commencé par le plus facile pour moi, la fameuse Cera flava ou cire d’abeille jaune (en termes vulgaires, la cire non trafiquée par un procédé dont la 'quelconquerie' ne masque qu’à grand-peine la perversité…). Facile, car j’ai pu m’en procurer en... quantité auprès de l’apicultrice locale, qui m’a depuis fait une réputation de fille très gentille (et on sait ce que ça veut dire dans nos contrées !).
 
Je me suis donc retrouvée, pour quelques sous, nantie d’un énorme bloc de cire à l’odeur divine, et quand je dis énorme, j’euphémise doucement, la bête pesant son bon kilo.
 
Pas pratique à stocker, évidemment, car, matière brute oblige, ledit bloc ressemblait furieusement à un étrange monolithe aux formes tourmentées… Et pas pratique à utiliser non plus : râper de la cire n’est déjà pas une partie de plaisir, mais râper un machin de ce poids est au-delà de mes forces. J’ai essayé d’entamer la chose à la Sharon Stone, et bien failli y laisser quelques entrailles. Et je ne parle même pas de l’aspect piteux de ma râpe après l’opération (ni de la tête de mon fils commis à la plonge…).
 
Bref, j’en ai eu assez. Mais je suis persévérante, et puis je ne voulais pas renoncer à l’utiliser, ma cire. Je sais qu’on lui reproche, certainement à juste titre, son « effet tirant » (Blue, grande experte en touillages maison), trop couvrant, voire asphyxiant. En tant que toute petite expérimentatrice (et utilisatrice fanatique du baume à lèvres de Weleda, à l’odeur grisante), j’apprécie le moelleux et la tenue qu’elle donne pour peu qu’on ait la main légère.
 
Rien n’arrive par hasard… Il y a peu, j’ai acheté un... moule ? Plaque à œufs ? Palette de peintre molle à la Dali ? Je penche pour la deuxième solution, par raison, mais ça m’amuse d’imaginer tout ce qu’on pourrait faire avec cet ustensile (j’en ai acheté deux, en fait, voir la première phrase de ce billet…). Et je n’ai pas encore fait le tour des possibilités qu’il me laisse entrevoir. Bref, ce machin en porcelaine trônait depuis quelques jours sur une vitrine, chaque petite case emplie de zinzins divers, attendant l’inspiration : perles, boutons, bracelets de la princesse et de son papa à refaire, clé de montre ancienne, pompons de laine cardée… quand j’ai décidé de faire du cérat (merci Hooly). Je vous passerai les détails sordides, la description de la cuisine après que j’y ai officié, l’état du saladier de verre, etc…
Le cérat était bien, merci pour lui. Moi, j’étais au bord du syndrome chinois.
Et là, foin de modestie, l’idée du siècle, la trouvaille géniale : bain-marie + OMNI (objet à mouler non identifié) = demi-lunes (logique) de cire !
 
Bon, jetons un autre voile pudique sur les à-côtés de l’opération. Deux ou trois détails fâcheux, un chouïa de maltraitance à wok (seule « marmite » assez grande pour accueillir la masse à faire fondre), un plat à four dépyrexé, quelques flaquouilles éparses et résolument collées. Tout ceci n’est rien. Les doléances ne sont pas de saison. Think positive ! Car le résultat est, je ne crains pas de le dire, à la hauteur du mal que je me suis donné…
 
 
Et tant que j’y étais, j’ai fabriqué avec un plaisir assez enfantin deux bougies merveilleusement odorantes. J’attends maintenant le verdict d’une amie-cobaye, à qui j’ai envoyé un échantillon du produit de mon industrie. La pauvre… Elle va être obligée de se pâmer d’admiration et d’en faire quelque chose, maintenant…
 
Bref, me revoici à la case presque départ : j’ai toujours une quantité de cire suffisante pour fabriquer une tonne de baume, mais maintenant, elle est facilement portionnable, comme les surgelés. Au pire, ça fera déco, dans un joli bocal…
 
 
Seul conseil - sérieux - à qui serait tenté, trompé par mon enthousiasme, de reproduire l’expérience enchantée : le démoulage est assuré si l’on prend la précaution d’utiliser de la porcelaine de cuisine, et de lui faire prendre un petit bain de siège frais dès que la cire a figé en surface.
 
Much ado about nothing, n’est-il pas ??
 

Publié dans Petits bricolages

Commenter cet article

venezia 22/02/2007 14:20

j'avais raté l'épisode cire d'abeille… alors que je sens que je vais me remettre à faire des cremes avec, vu la compo des cremes dermato dont  je me dois me tartiner  le visage (sur ordre formel) en ce moment… et qui sont d'une très grande efficacité, je dois le reconnaitre…  mais pas vraiment clean, sans que ce soit dramatique…

lunemalo 22/02/2007 15:48

Ta 'part' est prête, elle n'attendait que ton retour...

Catherine 13/02/2007 09:09

C'est un régal de te lire, quelque soit le sujet.

lunemalo 22/02/2007 15:48

Catherine... merci de ta gentillesse !

Pescalune 10/02/2007 17:40

Entre "pamation" et  admiration devant tant d'ingéniosité moi je dis un grand BRAVO ;o) Ils sont mignoooooooooons tout plein les chtis bidouillous !!Mais je retire ce que j'ai dit hier ...... après les avoir vus de près de mes yeux vus ..... rien avoir avec du caramel  !!

lunemalo 12/02/2007 16:59

Fais-moi une belle crème, maintenant... ;-))

Prudence 10/02/2007 13:02

Très drôle!!!!!!!!!!!  :DUne excellente idée, que je tenterais perso avec des moules en silicone. J'ai une barre de 250g façon lingot que j'ai toutes les peines du monde à débiter de manière correcte!

lunemalo 12/02/2007 17:00

Lis les articles de Venezia, tu comprendras pourquoi les abeilles nous compliquent la tâche... Les miens, de moules en silicone, sont trop grands, et puis j'aime bien la difficulté... ;-))

bluetansy 09/02/2007 20:41

J'ai bien ri...Toutes mes excuses...Au risque de te décevoir, catherine de Nouméa a poussé le vice jusqu'à fabriquer des petits blocs de cire calibrés avec des moules "plastique" (j'ai identifié un moule Ikéa ou assimilé) de diverses formes...Comme ça, même plus besoin de peser...Tordre la porcelaine pour faire sortir tes trucs, sûr que ça a pa û e^tre facile...lolPS J'ai reçu ta lettre et son contenu (avec manifestement une tentative d'ouverture, mais comme c'était bien collé, il y a eu abandon, je crois que dans le cas contraire, je n'aurais eu qu la petite carte...Groumph...Pour ma aprt je te suis encore redevable, faut que jer etrouve mon modèle...Et j'ai toujorus la tête à l'envers...et maintenant le nez et les poumons pris...Bouuuuuh...

lunemalo 12/02/2007 17:03

Comme tu dis, c'est vicieux... Parce que tu penses bien que l'idée m'est venue (j'ai quand même pesé quelques échantillons après, pour avoir une idée du poids moyen), mais j'ai dit STOP... Et puis, tu reconnaîtras que ma porcelaine a quand même plus de gueule, esthète comme tu l'es ! Surtout que je n'ai pas eu besoin de la tordre, après trempette, elle a restitué ses petits hôtes sans moufter...
PS Tant mieux... Je craignais un peu de tenter le chaland, mais j'ai pris le risque... Je t'envoie la photo, pour quand tu respireras de nouveau...