Frissons parfumés

Publié le par lunemalo

Les expériences reprennent... La faute à ce mois d'avril pas meur-trier mais chaud comme un joli juin, aux gam-bettes qui sortent gaiement sous les jupes qui dansent (n'est-ce pas Hooly ? ), à la peau qui se veut douce et parfumée...

Le chaud-froid ne me grise que moyennement, mais j'apprécie en revanche les brumisations sur le visage ou le corps lorsque le mercure se met à flirter avec des températures déraisonnables...

Problème n°1 : les différents sprays plus ou moins traitants proposés par la cosméto traditionnelle me font fuir en désordre : odeur banale ou pire, ingrédients beurk...

Problème n°2 : l'eau... ça dessèche ! Mais la sensation est délicieuse, même si on la paie par une crocoïsation de l'épiderme. 

J'ai donc tournicoté autour de l'idée d'un spray qui rafraîchirait ET hydraterait la peau, ne serait-ce que légèrement, cogité ferme, reniflé, écarté certaines envies (agrumes... adieu) et fabriqué une petite série de Frissons parfumés à pschitter quand bon nous semble. Je suis partie tout simplement de la lotion biphasée que j'ai imaginée pour ma fille, puisqu'elle fonctionne très bien pour nettoyer légèrement et hydrater la peau d'un seul geste. A priori, ces formules sont plutôt pour le corps, même si toutes ne contiennent pas d'huile essentielle (et que, de toute façon, la concentration est très faible), mais la version Jasmin-rose peut, à mon avis, être tentée sur le visage avec les précautions d'usage : test préalable derrière l'oreille, et attention aux yeux !    

 

J'ai exploré plusieurs familles olfactives, pour obtenir une sorte de gamme pouvant plaire à un homme ou une femme, satisfaire les sensibilités olfactives différentes, et pourquoi pas s'adapter aux différentes heures de la journée. Pour toutes les variations, les quantités sont sensiblement les mêmes : pour 150 ml, j'ai mélangé 120 ml d'hydrolat, 10 ml de plasma de Quinton (pour les oligo-éléments) et 20 ml de l'huile végétale (ou du mélange) choisie, plus éventuellement 2 à 4 gouttes d'huile essentielle.

 

Présentation...

 

1. Frisson jasmin : sur base d'eau de jasmin et de plasma marin, une macération de pétales de rose de Provins dans du jojoba golden et 4 gouttes d'huile essentielle de rose de Damas. Après vaporisation, l'arôme est délicat, presque bonbon. Divin...

2. Frisson verveine : cocktail d'hydrolat de verveine citronnée du Tarn (Essenciagua) et de plasma marin, toujours, mélange d'huile de pépins de raisin et de sésame, 2 gouttes d'huile essentielle de verveine (Litsea cubeba ou Litsea citrata) et 2 gouttes d'huile essentielle de bergamote sans bergaptène*.

3. Frisson menthe verte : hydrolat de menthe verte, au parfum...quasi-hollywoodien, plasma marin, macérat de calendula maison dans du tournesol bio.

4. Frisson carotte : hydrolat de carotte sauvage, plasma marin, huile de baobab, 4 gouttes d'huile essentielle de santal blanc. Pour cette variation, c'est un divin santal de Mysore récemment offert qui m'a inspirée... mais au dernier moment je n'ai pas pu me résoudre à l'utiliser. C'est donc celui que j'avais déjà à la maison qui a servi pour le test.

5. Frisson indien, enfin, petit clin d'oeil à ma deuxième princesse préférée : eau de kewra, hydrolat d'ylang-ylang, jojoba golden et 2 gouttes d'huile essentielle de patchouli.

 

 

 

 


 

 

À défaut de cyber-diffusion des arômes, quelques explications sur le choix des ingrédients :

 

 

1. L'eau de jasmin n'a pas de vertu spéciale, d'autant plus que le jasmin ne produisant pas d'huile essentielle à proprement parler, il y a toujours un risque que l'eau florale contienne des résidus chimiques... Mais son odeur est divine... Le jojoba nourrit parfaitement la peau sans toucher gras-gras insupportable, et la qualité « golden » est, d'après un spécialiste, la meilleure... Imitant Venezia sans vergogne (mais avec reconnaissance !), j'y ai fait macérer des pétales de rosa gallica, et j'utilise ce macérat quotidiennement pour le corps et le visage (parfois décliné en rose-vanille). La rose de Damas, c'est si l'on veut... vu le prix du millilitre !! 

2. L'hydrolat de verveine citronnée (Lippia citriodora) assainit et adoucit la peau, il favorise la cicatrisation, il est rafraîchissant et légèrement hydratant. Lydia Bosson le donne également pour actif contre la cellulite et utile pour le raffermissement du tissu conjonctif. Attention cependant, il peut être très légèrement photosensibilisant, faire un test par prudence. L'huile de pépins de raisin est fine et facilement absorbée, elle aide la peau à se régénérer et ralentirait le vieillissement cellulaire. L'huile de sésame, très utilisée en Asie pour ses qualités cosmétiques, est délicatement parfumée et très pénétrante. Elle aide également la peau à se régénérer, l'assouplit, calme les irritations et assure une légère protection contre les UV. Lorsqu'on l'utilise, en profiter pour se masser les ongles, qu'elle tonifie. 

 

Les huiles essentielles utilisées dans cette variation sont à manier avec précaution : la verveine pure peut irriter la peau (tout comme la bergamote), donc il vaut mieux faire un test de sensibilité, par prudence, avant de l'utiliser. D'autre part, la bergamote est réputée pour les jolies taches qu'elle provoque sur la peau ! Le truc génial, que Martine avait expliqué dans cet article, c'est qu'on peut en trouver sans bergaptène (composant mis en cause dans la photosensibilisation) et donc l'utiliser sans (trop de) risques ! J'ai fait le test : moi aussi, j'ai la peau 18ème (raccord avec la déco...), le phototype haï des dermatos... Eh bien, merci Martine, rien de rien... Comme j'adore le parfum (et le goût) de la bergamote, je ne m'en suis pas privée. A signaler, son action sur l'eczéma, le psoriasis, l'acné.

3. J'adore l'odeur (et le goût) de cet hydrolat, mais je dois avouer que j'ai plutôt pensé à mes fils en formulant cette variation. Il est vraiment tonique, parfait pour les roller-parties ! Le macérat de calendula est réparateur et adoucissant, parce que même les grands garçons ont la peau fragile...

4. Le santal blanc est un parfum exquis que les dieux ont, pour leur malheur, laissé un jour échapper... J'en avais acheté l'année dernière, c'est une huile essentielle rare et chère. Ce printemps, j'ai eu la chance qu'une amie, bénie soit-elle, m'offre la plus belle qualité qui existe, du santal de Mysore... J'ai eu envie de marier son arôme si fin à celui plus terrien de la carotte. Le résultat olfactif est très étonnant, vif et puissant. L'hydrolat de carotte sauvage (Daucus carota) est excellent pour le soin des peaux fatiguées et irritées, il améliore la couperose et sera utilisé pour lisser les ridules et calmer le feu du rasoir. L'huile de baobab a tendance à se solidifier au froid, mais en ce moment elle est semi-liquide, laiteuse, magnifique. Elle est recommandée pour les peaux déshydratées, ayant tendance à l'eczéma et au psoriasis. Le santal, pour revenir à lui, aurait des propriétés aphrodisiaques... ce qui suffit peut-être à le choisir. Il est bénéfique pour les peaux sèches et grasses, et les ongles profiteront également de son action, enfin il possède une action déodorante.

5. En d'autres temps, Venezia aurait été poursuivie pour sorcellerie... Aujourd'hui, elle nous fait partager ses expériences, et c'est un bonheur. L'eau de kewra, par exemple, ou pandanus, dont elle avait eu l'idée de fabriquer une géniale brume parfumée... De mon côté, j'ai associé ce concentré d'Inde (tel que l'occidental se le figure) à de l'ylang-ylang (très doux pour la peau), apprécié de la princesse, et à son cher patchouli...

Il ne reste plus qu'à secouer pour mélanger temporairement les deux phases, et vaporiser généreusement...

 

*Petit rappel sur les huiles essentielles :

Test cutané préalable obligatoire

Pas d'utilisation chez les enfants de moins de 6 ans et les femmes enceintes ou allaitantes sans avis médical

Pas d'utilisation par voie interne sans avis médical

En cas de contact avec l'oeil, rincer abondamment à l'eau et à l'huile végétale, instiller du sérum physiologique et consulter un médecin si l'irritation persiste

 

 

 

 


Biblio :

Biblio :

 

Les ouvrages de D. Baudoux, L. Bosson, C. Clergeaud, ainsi que le petit fascicule sur les eaux florales (merci Meriam) de La Pensée sauvage.

 

 

 

 

 

 

Publié dans Le chaudron

Commenter cet article

physalis 05/11/2008 08:26

AZ a un hydrolat de jasmin sambac qui sent merveilleusement bon, hélas l'odeur s'estompe assez vite.

physalis 23/10/2008 12:51

AZ a maintenant un hydrolat de jasmin sambac que j'adore (malheureusement l'odeur ne dure pas longtemps).

patte 05/05/2007 12:49

Ton billet donne plein d'idées...Pour les références que tu indiques, peux tu me préciser si le livre sur les eaux florales est bien celui ci :http://www.tandem-sante.com/boutique/fiche.asp?ref=JN%205075&produit=Livre%20«%20Les%20Eaux%20Florales%20»&cat=42&lcat=Eaux%20Florales%20AB&grp=9&lgrp=Aromathérapie
Et si c'est le cas, est il intéressant du point de vue des propriétés des hydrolats ?
Merci

lunemalo 09/05/2007 15:44

Tant mieux... Et oui, il s'agit bien de ce livret, que je te recommande. Il est à la fois concis et précis. Court mais très bien fait (Christian Nugier est le producteur du Jardin des Nielles et des Senteurs, si tu connais).

Hooly 04/05/2007 10:34

Me voici débusquée de la plus verte et cachée des îles, traquée pour un retour à la blogosphère chronophage... Il faudra que je mette le tuto des jupes qui volent et dansent, c'est simplissime pour la couturière débutante et pressée.

J'adore les bi-phasées et ton mélange de carotte me tente bien, je lui ajouterai une pointe de gingembre frais je pense... Merci pour ces jolis accords et ces expériences...

lunemalo 09/05/2007 15:42

Oui, le tuto, please ?? Je SUIS une couturière débutante (mais pas trop pressée, pour une fois, là j'apprécie de prendre mon temps et d'apprivoiser la chose tissée...)
Je pense qu'un petit accent de gingembre pourrait faire frissonner ma carotte encore un peu plus... Tente et dis-moi.

E.M.A. 04/05/2007 09:53

Te lire me donne irrésistiblement envie de sentir toutes ces associations que tu décris si bien.

lunemalo 09/05/2007 15:40

Les arômes sont délicieux, très typés, étonnants comme le végétal finalement.