11.12.64

Publié le par lunemalo

L’amoureux est un taiseux. Ce qui ne l’empêche pas d’avoir des yeux, et d’observer en silence. Il lui a dit un jour - et c’était un bien joli compliment dans la bouche d’un homme qui mesure chaque parole - qu’elle l’avait étonné en étant toujours soignée, fai-sant des efforts pour s’habiller alors que seul son bureau soli-taire l’attendait. Ça l’avait surprise et doucement émue, ce regard sur elle qu’elle n’avait pas soupçonné, cette réflexion tournant dans cette tête si connue, toujours inconnue. Elle y a souvent repensé depuis. Mais ces derniers mois, petit à petit, elle a abandonné certaines routines, presque sans y penser, elle ne s’est plus accordé ces moments intimes pour se préparer, apprivoiser une fois encore dans le miroir ce visage qui lui est parfois étranger. Cela s’est fait doucement, elle a semé petit à petit derrière elle ces petits cailloux de fille, recourber ses cils de noir mystérieux, dévoiler ses jambes sous une jupe qui danse, choisir un bijou, nouer crânement un foulard autour de son cou. Est-ce la nostalgie de Paris qui l’a engourdie, le manque de temps, d’envie, l’oubli ou bien un transfert délibéré de féminité sur la petite princesse chez qui elle voit éclore, déjà, le mystère éternel qui fait courir les garçons ? Peu importe, le résultat est là. Elle s’est un peu perdue de vue.  

 

 Et puis l’envie est revenue. Doucement, comme elle s’était éloignée. D’abord un nouveau mascara, puis un vernis très foncé pour faire de jolis pieds. Retrouver l’odeur particulière de ces lieux réservés, où l’on parle à voix basse de secrets que les amoureux, les fils et les pères ne comprendront jamais. Voir le regard de sa fille s’éclairer devant le contenu du petit paquet, comme si elle savait déjà tout le plaisir qu’il pouvait procurer. Réapprendre à se maquiller, adoucir un peu la pâleur de la peau, un souffle de poudre pour velouter la joue, assourdir le rouge sur le blanc du mouchoir… Présenter ce nouveau visage, surprendre un instant les regards familiers qui s’étaient déshabitués, s’apercevoir à la dérobée dans l’angle d’un miroir et savourer ce plaisir qui s’était désaccordé.   

 

 

Et puis, pour le cadeau qu’elle se fait rituellement chaque année, elle a commandé une paire de chaussures, de vrais souliers de fille avec de hauts talons et un lacet coquet, qui feraient le pied menu et la cheville dansante. Elle les mettra pour Noël, sous une longue jupe de taffetas, comme pour aller au bal. Et même si elle ne danse pas, elle sera Cendrillon qui va retrouver son prince charmant et les années s’envoleront.

Parce que si elle voit encore, souvent, un peu d’étonnement dans le regard des passants, « est-ce que ce sont vraiment ses enfants, ces grands garçons ? », ce matin elle a eu 43 ans.  

 

 

 

 

 

Publié dans Lunes et saisons

Commenter cet article

Michellemarie 28/09/2008 08:57

merci pour votre écriture si sensible. Vous me touchez énormément avec vos mots, votre quotidien, votre légèreté. j'aimerais vous rencotrer. Ma fille à 3 ans et s'appelle Lunemargo...

catherine 18/12/2007 19:45

J'arrive sur votre site via.... le pain ! Je viens de passer un moment délicieux à commencer la découverte et la lecture de vos billets alors je vais m'expliquer un petit peu...
Bloggeuse, j'ai reçu aujourd'hui l'appel "désespéré" d'une lectrice en recherche du livre le Linda COLLISTER "Le grand livre du pain" que j'adore autant que vous pour le ton, le style ET les recettes fondantes. Souhaitant aider cette lectrice à retrouver ce livre en rupture d'édition, je pianotais sur le net pour finalement arriver sur votre site. merci pour vos beaux mots. Encore !
Et beau mois d'anniversaire ! Je découvre que nous sommes toutes deux nées en 1964, c'est futile mais cela crée un lien minuscule. à bientôt de vous lire et relire...

lunemalo 30/12/2007 16:43

Catherine, je n'ai eu que le temps de survoler votre blog, mais je crois bien que nous avons un autre point commun....

Wishes 13/12/2007 19:11

Un doux rythme m'a envahie à la lecture de ce très joli texte. En retard, bel anniversaire.

lunemalo 14/12/2007 16:22

Tous les voeux sont bons à prendre, le jour même, le jour d'après et tous les autres... Merci de cette visite...

mademoiselleC 12/12/2007 18:27

très bon Anniversaire Madame Lunemalo...je les adore, vos souliers!

lunemalo 14/12/2007 16:22

Avec ceux de mon mariage, probablement ceux qui me font le plus rêver...

flo du désert 12/12/2007 15:14

Je comprends mieux en visitant vos pages la perception très douce de votre simple lettre reçue aujourd'hui, une distinction, une classe naturelle s'en échappait... Du papier, mais tellement de choses perçues au travers du choix... Alors joyeux anniversaire en retard, un peu (mon rituel à moi, tout en travaillant à la maison, c'est de choisir le bijou du jour, important pour toujours se sentir dans l'énergie...)

lunemalo 14/12/2007 16:21

Flo, merci de votre grande gentillesse, ici et ailleurs...